MM Radio - une chronique enthousiaste de la biographie de Zuckerberg

Mmradio-1

"Très divertissant à lire", "Il écrit très bien et c'est très intéressant",.. Angela Peauty de MM Radio a chroniqué le livre Mark Zuckerberg la biographie et comme à l'accoutumée, elle brille par ses éclats de rire, sa bonne humeur, sa jovialité.

Mmradio-2

 

Voici le lien pour écouter l'extrait de l'émission consacré au livre :

Mm radio



 


Europe 1 m'a interviewé à propos du CES 2019

Europe 1

Ce dimanche midi, Fabienne le Moal m'a interviewé sur Europe 1 à propos du CES 2019, ce fameux salon de l'électronique qui se tient à Las Vegas. Nous avons évoqué de nombreux nouveaux objets connectés, les automobiles auto-pilotées, les assistants vocaux mais aussi le fait que les Français, comme l'année précédente, sont à l'honneur avec pas moins de 57 applications nominées.

Voici le podcast :

Europe-midi-le-journal-06.01.19-2797193 (1)

Un grand merci à Fabienne pour cette invitation et aussi pour avoir cité deux fois à l'antenne ma biographie de Mark Zuckerberg.


LeSuricate fort élogieux sur ma biographie de Zuckerberg

Lesyricate

Voilà une belle chronique pour démarrer 2019 ! Quelques extraits :

(...)

Cette biographie, sans être dans la béatitude élogieuse, donne une bonne image de Mark Zuckerberg. L’auteur insiste sur son goût des choses simples et sur l’importance de son entreprise philanthropique. Rappelons ici qu’à la naissance de sa première fille (il en a deux maintenant), il s’est engagé à donner 99 % de ses actions à des œuvres humanitaires. La Chan Zuckerberg Initiative a été créée à cette fin et ambitionne “d’améliorer le monde des générations futures, l’égalité des chances et le potentiel des humains”. Vaste programme.

Facebook a englobé à des prix faramineux d’autres géants du web, tels que WhatsApp et Instagram. La fortune personnelle de son fondateur est estimée à 56 milliards de dollars, ce qui le place en 5ème position des plus grosses fortunes mondiales, selon le magazine Forbes. On apprend que plus jeune, Mark Zuckerberg terminait ses réunions d’équipe par un appel à la “domination du monde”. Son objectif semble atteint…

L’importance des réseaux sociaux dans nos vies rend utile cette biographie, qui se lit facilement grâce au ton de conversation badine employé par l’auteur. Celui-ci fait la part belle à la montée en puissance de Facebook sous l’angle entrepreneurial. 

(...)

L'article intégral se trouve ici :

http://www.lesuricate.org/mark-zuckerberg-probablement-lultime-biographie-du-fondateur-de-facebook/


Ma méthode de solfège achève 2018 à 120 000 exemplaires !

Solfege-2013

De passage chez l'éditeur Librio, j'ai appris que Solfège était aux alentours de 120 000 exemplaires. La dernière édition (5ème du lot) s'est écoulée à 30 000 exemplaires et selon l'éditrice, cette année a été celle des ventes record.

Pas mal pour un livre sorti en 2003 et régulièrement classé dans le Top 200 d'Amazon, !

Solfege est ma meilleure vente de livre en France et aussi ma 2ème meilleure ventes (après la biographie de Bill Gates qui pour sa part s'est écoulée à 200 000 unités).

 


Sortie d'un CD de Anne-Charlotte Montville

RECTO

Il vient de sortir. Kaleidoscope, un CD avec 8 titres de l'immense chanteuse Anne-Charlotte Montville.

VERSO

J'ai eu la chance d'intervenir sur 4 des titres, 2 en tant qu'auteur, et 2 autres en tant qu'auteur-compositeur.

Voici les clips de trois de ces chansons :

Cali, Kaléidoscope

La Poupée

Baby

 

La biugraphie de Anne Charlotte est accessible sur cette page :

http://www.annecharlotte-montville.fr/bio/


Le Quotidien "Le Devoir" publie une longue chronique de ma biographie de Zuckerberg

Le devoir copie

Le Devoir, l'un de deux grands quotidiens canadien publie une vaste chronique du livre 'Mark Zuckerberg, la biographie'. Si j'en crois Hubert Mansion un ami canadien à la fois avocat dans le show-business et auteur, au Québec, "Le Devoir est de loin le quotidien le plus respecté, le plus prestigieux du Québec. Il est lu par les gens plus cultivés et grands lecteurs".

En voici quelques extraits :

La culture du silence dans la Silicon Valley est devenue « une règle inviolable », nous démontre Daniel Ichbiah. Ainsi, ses demandes d’entrevue avec Mark Zuckerberg ont toutes été refusées. Le biographe a donc dû se rabattre sur d’anciens employés de Facebook pour retracer l’histoire de cette bête tentaculaire, d’une puissance démesurée, voire épeurante, qui rejoint aujourd’hui quelque 2,3 milliards d’utilisateurs.

(...)

Cet outil créé pour « rendre le monde plus ouvert et connecté » est-il ainsi devenu une bête « qui a échappé à son créateur » ? « Le tout gratuit sur Internet […] a un prix caché, écrit Daniel Ichbiah. Il induit un possible esclavage de la pensée, une dépendance librement consentie envers des amis qui, peut-être, ne nous veulent pas que du bien. »

 Et les plus récents scandales liés à l’élection présidentielle de 2016 semblent une nouvelle fois le démontrer. D’abord, le détournement d’une application de Facebook par la société Cambridge Analytica, puis la propagation sur Facebook de fake news émanant d’une usine à trolls de Saint-Pétersbourg, deux actions distinctes visant à favoriser l’élection de Donald Trump.

Après l’avoir niée, Mark Zuckerberg s’est excusé pour cette déroute. « Mais je ne vois pas comment il aurait pu prévoir ce qui s’est passé, souligne au Devoir Daniel Ichbiah. On est sur quelque chose de tellement nouveau, les réseaux sociaux, qui se sont développés tellement vite à l’échelle historique, qu’il découvre les problèmes au fur et à mesure. »

(...)

« À la différence de Bill Gates ou Steve Jobs, il n’a pas de charisme personnel immédiat. Il est plutôt gauche, mais supérieurement intelligent », note Daniel Ichbiah. « Il sait qu’il va se retrouver dans les livres d’histoire et il voudrait qu’on le compare à de grands personnages qui ont laissé leur marque pour les bonnes choses qu’ils ont faites pour l’humanité », poursuit-il.

À plusieurs reprises, Daniel Ichbiah fait la démonstration que le plus jeune milliardaire américain n’est pas motivé par le pécule. Ainsi, en 2006, Mark Zuckerberg, dans la jeune vingtaine, décline une offre d’un milliard de dollars de Yahoo !, qui souhaite se porter acquéreur de Facebook.

En novembre 2015, au lendemain de la naissance de sa première fille, il annonce conjointement avec sa femme, la pédiatre Priscilla Chan, qu’ils verseront pour le restant de leurs jours 99 % de leur fortune en actions à des oeuvres humanitaires. « Il s’agit de la démarche philanthropique la plus ambitieuse jamais annoncée », écrit Daniel Ichbiah. En 2018, la fortune de Mark Zuckerberg était évaluée à 71 milliards.

Les ambitions du couple sont vertigineuses. Par l’entremise de la Chan Zuckerberg Initiative (CZI), Priscilla Chan et Mark Zuckerberg consacrent des sommes astronomiques pour tenter — rien de moins — « d’éradiquer toutes les maladies par une analyse de l’ADN », explique Daniel Ichbiah.

Alors de quoi sera fait l’avenir de cet homme aujourd’hui âgé de 34 ans, qui lançait à la blague aux débuts de Facebook qu’il voulait dominer le monde ? De programmation, de réalité virtuelle et de drones, détaille le journaliste. Mais peut-être aussi d’aspirations présidentielles. En 2016, Mark Zuckerberg a modifié la structure boursière de Facebook pour pouvoir se lancer en politique sans perdre le contrôle de son entreprise.

L'article intégral est accessible ici :

https://www.ledevoir.com/lire/543910/entrevue-le-voyeurisme-a-sens-unique-de-facebook


Une superbe chronique de la bio de Zuckerberg dans GOUAIG

Gouaig

Gouaig, site de geeks, vient de publier une chronique longue et détaillée de ma biographie de Mark Zuckerberg. En voici quelques extraits savoureux :

"La biographie donne le ton. Tantôt soutenu ou léger, on ne s’ennuie pas. J’en veux pour preuve les expressions comme « prendre l’oseille et se tirer » mais aussi des avis perso du rédacteur qui annonce tout net que ce sera sa dernière biographie dans le monde Tech (car aujourd’hui les sociétés sont plus fermées, il y a peu d’interviews des dirigeants). Un truc qui est sûr c’est qu’il est difficile d’avoir des infos sur Mark Zuckerberg, non seulement parce qu’il est discret mais surtout que sa vie est « lisse ». Cette opacité est d’autant plus difficile à comprendre que Facebook prend vos données perso mais qu’en retour on ne se sait pas grand chose sur cette immense société."

Alors on apprend quoi sur Mark Zuckerberg ?

Un tas de choses ! Je ne vous dirai pas tout car je ne veux pas vous spoiler mais par exemple on apprend que sa devise ressemblait à celle de Walt Disney, qu’il a une vie très simple presque trop avec un objectif : améliorer le monde ! Facebook aurait aussi (et surtout) été créé pour connecter le monde (mais « connecting people » c’est pas le slogan et la devise de Nokia ??).

Dans cette biographie de Mark Zuckerberg Daniel Ichbiah revient sur la jeunesse du fondateur de Facebook pendant ses études. On apprend aussi les véritables origines de Facebook (il se pourrait que Mark Zuckerber ait fait ça juste pour le fun mais la biographie vous en dit plus). Ce livre est aussi l’occasion de revenir sur les éléments que le film The Social Network a mis en image mais avec des infos supplémentaires et des points de vues différents (voire opposés). C’est complémentaires et très intéressant. On va aussi revivre les fêtes à Palo Alto où Mark va basculer d’amateurs à plus pro (via l’apport de serveurs, investisseurs jusqu’à la création de la société). J’ai aussi été très surpris par les anecdotes qu’on retrouve au fil de la biographie. Par exemple on pourra se rendre compte que Mark Zuckerberg et Elon Musk ont eu des destins croisés et qu’il a aussi côtoyé le fondateur de Paypal et Uber. Tout ceci est détaillé et on a l’impression de revivre ces moments historiques.

J’ai aussi adoré les infos internes comme l’interdiction d’utiliser le mot « utilisateur » pour parler des abonnés à Facebook. Mark est aussi à cheval sur la grammaire et c’est un chef pointilleux mais avec une vision à long terme. Vous serez aussi surpris d’apprendre que le recrutement chez Facebook a pu se faire avec des questions comme « combien de toilettes y a-t-il sur le continent Américain ? ». On y apprend qui est le vrai créateur de Twitter  On va aussi tout savoir sur la fameuse proposition d’achat à 1 milliard de dollars faite par Yahoo! Tout comme le dessous des cartes de plusieurs autres propositions de rachats hallucinantes. Un autre aspect traité est celui de l’ouverture aux apps comme par exemple Farmville et autres (titres Zynga en tête) avec les fameux problèmes des messages sur le fil d’actualité. Qui n’a jamais eu un « Aide moi à élever mes vaches ! » Vous saurez tout !

(...)

Bon, le mieux pour tout découvrir c'est d'aller découvrir la prose de Gregory sur la page de Gouaig :)

http://gouaig.fr/livre-mark-zuckerberg-la-biographie-facebook-a-la-loupe

 

D'autres médias sur la biographie sont accessibles ici : https://ichbiah.com/mark-zuckerberg.htm

 

 


Une interview sur le métier d'écrivain pour l'agence Oxxalys

Temp copie

"En réalité, il n’y a jamais eu de meilleure période pour les jeunes auteurs, et même mieux, pour les jeunes artistes quels qu’ils soient. " C'est ce que je déclare dans cette interview réalisée pour l'agence Oxxalys. Pourquoi ? 

"Parce qu'aujourd’hui, nous avons des outils sur Internet qui mettent directement en relation le producteur (l’artiste) et le consommateur (son public). Quels sont ces outils ? YouTube, Twitter, Amazon, Soundcloud… "

Et je rappelle au passage qu'on ne compte plus les créatifs qui ont percé grâce à Internet alors que, pour certains d’entre eux, ils avaient été rejetés par un éditeur ou une maison de disque :

  • Le chanteur Avicii – qui a disparu un peu trop tôt étant donné sa jeunesse – s’est fait connaître initialement par les clips qu’il a postés sur YouTube. Il a connu une carrière internationale.
  • La chanteuse britannique Lily Allen s’est fait connaître sur Myspace avant d’être signée par une maison de disques.
  • Des humoristes comme Cyprien ou Norman ont développé un public de millions de fans sur YouTube. Au début, Norman postait des vidéos filmées dans sa chambre. Il y a un an ou deux, il a rempli le Zénith et fait une tournée nationale.
  • La dessinatrice Marion Montaigne a commencé par publier les planches de Tu mourras moins bête sur Twitter et attiré ainsi des dizaines de milliers d’abonnés. Quand la BD complète est sortie, elle a fait un carton.
  • 50 nuances de Grey, l’un des best-sellers des dernières années est un roman qui ne trouvait pas d’éditeur. Une fois publié en auto-édition sur Amazon, il a décollé.
  • Des auteurs français comme Agnès Martin-Lugand ou Jacques Vandroux se sont d’abord fait connaître via l’auto-édition où ils ont pareillement triomphé, avant d’être signés par des éditeurs.

Donc la période est optimale. Si l’on sait exploiter les outils d’aujourd’hui, il existe une possibilité de toucher directement un vaste public, sans avoir à passer par les instances établies. Cela n’a jamais existé auparavant."

 

Cette interview a été menée par Pierre Vican de l'agence Oxxalys. Il m'a posé diverses questions sur le métier d'écrivain dont celle-ci : 

L’écrivain d’aujourd’hui doit donc se familiariser avec le marketing web et les réseaux sociaux. Est-ce suffisant pour réussir ?

Un certain nombre des compétences requises sont valables de tout temps. Un écrivain doit maîtriser parfaitement la langue française. C’est un ticket d’entrée non négociable. Certains auteurs m’envoient leur manuscrit à lire, pour avoir des conseils ou des avis. Quand je vois des fautes de grammaire ou d’orthographe trop fréquentes, je rejette ce manuscrit d’emblée en leur demandant en premier lieu de corriger cela. Si on ne maîtrise pas la langue, on ne peut pas se prétendre écrivain. Et à ma connaissance, les éditeurs refuseront de lire un manuscrit qui néglige la syntaxe, l’orthographe.

Après cela, il faut lire énormément. Il y a des milliers d’auteurs qui nous ont précédés et qui peuvent servir de modèle, que ce soit par leur style, leur façon de poser l’intrigue, de dépeindre les personnages… Lire, si possible, des auteurs très différents, c’est le mieux pour enrichir en permanence sa propre écriture. A mon sens, un artiste, quel que soit son domaine, qui ne cherche pas à découvrir ce que font les autres, ne peut que s’appauvrir à plus ou moins long terme.

Un écrivain doit aussi être curieux de tout, étudier énormément de choses, faire des expériences, parler avec énormément de gens. Personnellement, j’apprécie les livres où, en plus de l’intrigue elle-même, on découvre des informations rares sur un sujet donné. Un exemple : dans son livre Stupeur et tremblements et aussi dans d’autres, Amélie Nothomb nous a fait découvrir maints aspects de la civilisation japonaise que nous ignorions et cela a ajouté au plaisir de lecture.

Je recommande aussi de s’inscrire sur des forums d’auteurs. C’est un bon endroit pour échanger des tuyaux, partager des expériences. Sur mes pages, mais aussi dans mes livres, j’invite les lecteurs à m’écrire, ce qui est devenu ultra facile grâce aux emails. Qu’un lecteur ait aimé ou non votre livre, il y a toujours un enseignement à en tirer. Et le plus souvent, on récolte des informations ou un point de vue précieux.

Après cela, il me semble également essentiel de maîtriser les outils d’aujourd’hui : le web, la publication sur Amazon et ailleurs, YouTube, les logiciels comme Word, Photoshop, Final Cut (ou un autre logiciel de montage vidéo comme iMovie).

Ce sont des outils qui pourraient paraître impressionnants mais il n’a jamais été aussi facile de les maîtriser : on trouve toutes sortes de tutoriaux sur le web et sur YouTube.

L'interview intégrale est accessible ici :

https://www.oxxalis.com/interview-de-daniel-ichbiah/