Pour Atlantico, je livre mes coups de coeur high tech de la rentrée

Altantico

Atlantico m'a demandé d'indiquer et commenter quels sont les quelques gadgets et appareils qui ont retenu mon attention pour cette rentrée. Au menu : des écouteurs de Google qui font office de traducteur en temps réel, le nouveau casque d'Oculus, les lunettes de réalité augmentée attendues chez Apple et puis, aussi, et oui... la future Xbox de Microsoft, avant tout pour  le service Game Pass, sorte de Netflix du jeu vidéo. En la matière, j'ai dû me livrer à une certaine prospective car il n'est pas certain que tous ces produits seront disponibles en France d'ici la fin de l'année. 

L'interview est accessible en mode 'payant', donc je la reproduis ici.

Quels sont les gadgets et appareils les plus attendus en cette rentrée ?

Daniel Ichbiah : Parmi les appareils que je vais évoquer, certaines questions se posent pour le calendrier de sortie.

Il y a tout d’abord les lunettes de réalité augmentée d’Apple qui seraient normalement annoncées le 8 septembre. Nous sommes encore néanmoins dans la prospective. Il y a énormément de signes qui laissent à penser qu’ils vont lancer des lunettes de réalité augmentée.

C’est assez similaire à ce que Google avait voulu faire avec les Google Glass. Google avait dû abandonner le projet en partie parce que la technologie des télécoms n’était pas au rendez-vous.

La 5G a été lancée dès août 2018 aux Etats-Unis. La rapidité de communication a été étendue. Elle est suffisante pour pouvoir superposer sur des lunettes des informations. Je vous croise dans la rue, je peux afficher votre profil Facebook. Cela pourrait certes avoir des incidences sur la vie privée et il faudra sans doute solliciter l’autorisation des personnes concernées. De même si vous passez dans une rue, et que  vous êtes adepte d’un certain stylo à l’ancienne et la technologie va vous indiquer que dans la boutique qui se trouve à vingt mètres, il y a le genre de stylo que vous appréciez.    

Ce serait un nouveau type d’application qui superpose sur la vie courante des informations. Dans un musée, en regardant un tableau, les informations liées à l’œuvre pourraient se superposer par-dessus à travers les lunettes. C’est une vraie révolution. Il y a énormément de signes qui laissent à penser qu’Apple va sortir ces lunettes. Certaines interfaces de programmation dans le nouveau OS laissent à penser qu’elles sont destinées à des applications de réalité augmentée. 

Ce lancement serait important pour Apple car la firme n’a pas créé la surprise depuis un certain temps. L’Apple Watch n’a pas été très bluffante. Ils pourraient frapper un grand coup avec ces lunettes. 

Il est possible que Google, qui travaille sur cette technologie depuis bien plus longtemps qu’Apple, réplique très rapidement.

Pour le second appareil très attendu, il concerne Google. Il s’agit des Google ear buds 2. Ils avaient lancé le premier modèle aux Etats-Unis il y a deux ans. Il n’avait pas été importé en France. Ce sont des espèces de pastilles que l’on met dans l’oreille, un peu comme les air pods d’Apple. Ces Google ear buds ont un atout assez incroyable. Lorsque vous utilisez ces ear buds, un module de traduction automatique est intégré. Si vous êtes dans un pays étranger, avec un téléphone android, si vous dites une phrase en français, le téléphone va traduire ce que je dis à mon interlocuteur dans sa propre langue. Il va me répondre en langue étrangère et je vais alors entendre sa réponse en français. De fait, Google a fait des progrès en intelligence artificielle liés au langage qui sont faramineux. Microsoft avec Cortana, Apple avec Siri travaillent également sur cette technologie mais Google commence a devenir très performant. 

Les earbuds servent bien évidemment pour la musique également. Ils disposent d’une isolation dite « passive » - ils ne masquent pas totalement le bruit extérieur.

Il y a ensuite la Xbox Series X de Microsoft qui va sortir. Il est encore très difficile de savoir si ce sera un très gros succès. Il y a néanmoins un phénomène qui est un atout pour la firme. Microsoft a lancé un service qui s’appelle Xbox Game pass. Cela fonctionne comme une sorte de Netflix du jeux vidéo. Ils ont déjà dix millions d’abonnés aux Etats-Unis. Les jeux sont accessibles sur la Xbox actuelle, même avec l’ancienne et aussi sur des PC. Cela a pris de court Nintendo et Sony qui n’avaient pas prévu d’offres similaires.

En elle-même, la nouvelle Xbox est assez incroyable. Elle constitue ce qu’on aura vu de plus puissant en termes de capacité avec un disque dur d’un, un téraoctet en SSD. Est-ce que les gens abonnés au Xbox game pass vont se procurer la nouvelle console ? Pour certains, c’est fort possible.

Microsoft adopte-là la stratégie de l’océan bleu. La même méthode que Nintendo avait suivi pour lancer sa Wii en 2006. Si on ne peut pas gagner dans une arène, on change l’arène. A l’époque, les consoles se battaient sur la puissance. Nintendo avait changé la donne en se positionnant sur le fait d’élargir le public des jeux vidéo et ils avaient gagné le combat en faisant ça.

Microsoft a donc pris une approche différente de Nintendo et de Sony en lançant ce service Xbox Game Pass. C’est très malin.  La future console qu’ils s’apprêtent à lancer dispose également d’un beau look  comme un monolithe noir, un côté « 2001, L’Odyssée de l’espace » qui est très impressionnant.

Il y a également un autre produit qui pourrait faire parler de lui. Le Oculus Connect 6. Il s’agit d’un casque de réalité augmentée. Il est plutôt d’entrée de gamme mais de haute qualité. Oculus a été racheté par Facebook. La firme de Mark Zuckerberg a fait en sorte qu’on puisse utiliser tous les jeux de réalité virtuelle réalisés pour les autres casques Oculus sur ce modèle. Facebook a développé un concept pour tenter de faire décoller la réalité virtuelle. Cela s’appelle Facebook Horizon. Cela s’apparente un peu à Second Life qui était apparu au début des années 2000. Il s’agissait d’un environnement virtuel dans lequel il était possible d’évoluer et de croiser d’autres joueurs. Il était possible de créer des villes et de nombreuses activités. Facebook a transposé cela en réalité virtuelle.

Mark Zuckerberg a d’ailleurs précisé qu’ils vendaient énormément de casques et d’applications liés à la réalité virtuelle. C’est un domaine qui commencerait donc à prendre après des débuts bien difficiles. 

L'interview est accessible ici :

https://www.atlantico.fr/decryptage/3591985/les-meilleurs-gadgets-tech-de-la-rentree-google-glass-xbox-series-x

 


Sur W9, je raconte l'histoire de la chanson "Le jour s'est levé" de Téléphone.

Le jour s'est levé

Samedi 24 juillet, W9 a diffusé une émission "Les 20 chansons préférées des Français". J'ai eu l'honneur d'y être convié en tant qu'auteur de la biographie de Téléphone.  Il se trouve que la chanson 'Le jour s'est levé' est arrivé n°6 du sondage.

De vous à moi, "Le jour s'est levé" n'est pas ma chanson favorite de Téléphone. La liste à moi se trouve sur cette page : Les 10 meilleures chansons de Téléphone. Mais ne boudons pas notre plaisir.

Le replay de cette partie de l'émission se trouve ici  : 

 


Pour le magazine L'Elephant, je raconte l'histoire des Beatles

Beatles-elephant

Pour son édition estivale, le magazine culturel L'Elephant m'a demandé de revenir sur l'histoire des Beatles. L'article fait la couverture de ce numéro. La saga des Beatles court sur plusieurs pages et je l'ai complétée par une interview de Eric Krasker, historien du groupe et longtemps l'un des leaders du fan club Yellow Sub - il évoque la carrière française du groupe.

Voici quelques extraits choisis :

En moins de dix ans, le groupe a engendré l’une des plus fortes contributions artistiques du 20ème siècle. Une redéfinition de la musique populaire, à même d’en inspirer d’autres sur plusieurs décennies.

 Par Daniel Ichbiah, auteur

L’histoire des Beatles est courte, très courte, mais quelle histoire ! Le groupe, né il y a tout juste soixante ans, disparu une décennie plus tard, est pourtant toujours aussi populaire si l’on en croit les ventes de disques. Tout commence vingt ans plus tôt, dans la ville ouvrière de Liverpool.

C’est là que le 9 octobre 1940, alors que l’Angleterre résiste vaillamment aux assauts nazis, naît John Winston Lennon. Liverpool n’a alors rien de glamour, et durant les années 50, la ville porte encore les séquelles du conflit mondial. Dès son plus jeune âge, John, garçon attachant mais frondeur doit faire face aux absences prolongées de son père Freddie, un personnage volage et inconsistant. De guerre lasse, alors qu’il n’a que cinq ans, sa mère Julia confie John à sa tante Mimi. Se sentant rejeté, il vit cet abandon comme un traumatisme ; d’autant que sa tante l’éduque à la dure.

A l'âge de seize ans, à l’écoute de « Heartbreak Hotel » d’Elvis Presley, John a une révélation. Il aura plus tard ces mots : « Avant Elvis, il n’y avait rien ».

(...)

En mars 1963, un nouvel horizon semble se dessiner. L’album Please, please me s’installe en tête des charts et va y demeurer durant 30 semaines ! Au niveau du public britannique, un phénomène étrange prend forme. Les adolescentes se pressent aux concerts et manifestent leur joie par des cris époumonés. La Beatlemania est en train d’émerger. Pourtant, c’est la sortie du single « She loves you » en août qui révèle les Beatles au monde. L’énergie que dégage ce morceau est irrésistible. Durant 13 ans, il va demeurer la plus forte vente d’un single en Grande Bretagne.

Il reste à conquérir le continent majeur : l’Amérique. Le hasard va les y aider. Le 31 octobre, alors qu’il se trouve à l’aéroport de Londres, le présentateur télé américain Ed Sullivan est bloqué par des milliers de fans en délire qui se sont déplacés pour accueillir les Beatles. Intrigué, il les invite dans son show. Lorsque les Beatles débarquent à New York le 7 février 1964, leur nouveau single « I want to hold your hand » est n°1 des charts américains. Le passage au Ed Sullivan Show provoque un choc national : 73 millions de téléspectateurs découvrent ces quatre garçons débordant d’énergie et l’Amérique succombe à son tour. Elvis Presley est délogé et la décennie est désormais acquise aux Beatles. Le 4 avril 1964 détient un record inégalé à ce jour : les Beatles occupent les 5 premières places du classement américain ! Les 4 garçons se distinguent aussi par leur attitude, notamment à l’égard des journalistes, faisant preuve d’esprit et d’humour. Quatre ans après leur naissance, les Beatles accèdent au stade de n°1 au niveau mondial.

(...)

Nous sommes à une époque où Londres vibre sur des innovations en tout genre, dans les domaines de la peinture, de la musique, ... Les Beatles sont devenus un groupe expérimental, en phase avec ces mouvements avant-gardistes. L’album suivant, Sgt Pepper’s, donne libre cours à la créativité de chacun. Lorsqu’il sort fin mai 1967, il s’inscrit immédiatement dans l’histoire artistique de la civilisation. L’album brise les codes : plusieurs chansons s’enchaînent l’une à l’autre, certaines orchestrations empruntent au jazz comme à la musique indienne… « A day in the life », qui clôt l’opus, est une longue suite composée de 4 parties, qui intègre un crescendo haletant d’un orchestre à cordes. Comme il se doit, Sgt Pepper’s est acclamé de toutes parts. C’est l’album fétiche du Summer of love de 1967 qui fait la part belle aux hippies. Les Beatles ont émancipé la pop music et sonné le départ de l’ère du progressive rock.

Pourtant, les Beatles ont enclenché un phénomène qui les dépasse. A présent, des dizaines d’albums inspirés de Sgt Pepper’s apparaissent. Avec des musiciens hors pair. Dès l’année 1968, une série d’œuvres spectaculaires voient le jour, portées par des groupes inventifs : Pink Floyd, Chicago, Led Zeppelin, Jimi Hendrix Experience… Si le Double Album blanc qui sort le 22 novembre 1968 confirme la richesse de leur inspiration, sa forme apparaît relativement « classique » en regard de ce qui sort par ailleurs. Il est précédé par un single flamboyant qui s’étale sur 7 minutes, « Hey Jude », et qui va demeurer leur deuxième plus gros succès. Toutefois, cet opus fait le plus souvent apparaître chaque Beatle en solo que comme un groupe. Car en effet, les dissensions commencent à apparaître ; Lennon est amoureux de l’artiste underground Yoko Ono, il est tenté par les mouvements révolutionnaires alors que McCartney n’y est pas sensible.

(...)

Pour plus d'informations sur les biographies des Beatles que j'ai publiées :

https://ichbiah.com/pagebeatles.htm

Beatles  Beatles ebook

 

 

 


"Les robots dans la fiction" : un essai pour Historia BD

Historia-bd

Historia BD m'a demandé d'écrire un essai sur les robots dans la fiction, en évoquant notamment Radar le robot, l'incursion de Franquin dans le territoire des humanoïdes.

Que dire... S'il est un génie de la bande dessinée, c'est clairement Franquin ! Qu'il s'agisse de Spirou ou du Marsupilami, je reste pantois devant tant d'inventivité, et sa capacité à réaliser des histoires que l'on peut déguster à deux niveaux : les enfants apprécient l'action mais les adultes se délectent des références à leur monde.

Alors, écrire le texte de ces 4 pages a été un vrai bonheur. Radar le robot n'est présent que dans la première colonne. Le reste fait la part belle, aussi bien à Asimov qu'à Astro Boy, en soulignant à chaque fois combien les auteurs de fiction s'étaient montrés excessivement optimistes. Et, bien que ce numéro soit censé couvrir la période 1945 - 1975, j'ai tout de même inclus des oeuvres telles que Star Wars (1997) et Blade Runner (1982).

Historia BD m'a autorisé à vous livrer ici quelques extraits. Les voici :

S’il est un domaine où l’imagination des auteurs a outrepassé la réalité, c’est celui des robots. Dans Radar le Robot, Franquin a resservi une bonne part des mythes du domaine : le robot qui poursuit inlassablement Spirou est une bête de technologie comme on n'en verra sans doute pas avant des décennies. Visionnaire, Franquin ? Animé par sa folle démesure ? Peut-être juste le reflet d’une époque où l’on fantasmait volontiers sur des capacités que la technologie peine à reproduire.

Dans Radar le robot, le personnage de métal mis au point par un savant déjanté présente des caractéristiques dignes de celles qui feront frémir plus tard les spectateurs de Terminator : quasi indestructible, il n’a pour vocation que d’accomplir coûte que coûte la tâche qui lui a été fixée. En vérité, Franquin s’est inscrit dans la ligne de la science-fiction qui a bercé les jeunes adultes des années 60. Leur adolescence a été marquée par la série des nouvelles d’Asimov, qui a tenté d’idéaliser le robot en lui prêtant des prouesses extraordinaires. Asimov les a même dotés d’une éthique, d’un souci de réparer les erreurs de ses géniteurs humains, trop humains.

Hélas, les robots qui voient le jour à l’orée des vibrantes sixties n’ont rien de spectaculaire.

(...)

La culture des années 60 est marquée par un vent de liberté qui impacte les auteurs et le robot protecteur de l’Homme énoncé par Asimov n’est plus à l’ordre du jour. En 1968, le maître de la science-fiction Philip K. Dick développe une vision ultra-futuriste dans Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques : les « répliquants » sont si perfectionnés qu’il est impossible de les différencier des humains. Même le héros chargé de chasser les répliquants en vient à douter de sa propre nature. Pourrait-il être lui-même un répliquant programmé pour croire qu'il est un homme ?

Un humanoïde... Voilà ce que l’on attend de la robotique. Le défi est relevé en 1968 par une équipe du Stanford Research Institute de Californie. Premier robot mobile autonome, Shakey n’a pourtant pas fière allure. Il a pour tête une grande caméra qui tourne et s'incline. Son corps est constitué par un immense ordinateur posé sur une plate-forme à roulettes. Shakey se meut avec une lenteur exaspérante (il lui faut une heure de calcul pour opérer un mouvement). Il n'empêche, cet ‘androïde’ perçoit son environnement  : sa caméra, associée à un télémètre l’amène à mesurer les distances tandis que ses senseurs tactiles perçoivent les obstacles. Shakey parvient donc, de lui-même, à porter un objet d'une pièce à une autre.

(...)

Il faut toutefois l’admettre : le robot ne font plus rêver. Les modèles en service ont achevé de briser le mythe. Et la science-fiction s’est mise en quête d’autres fantasmes.

Pourtant, les robots opèrent un retour inattendu sur le devant de la scène avec Star Wars de Georges Lucas (1977). Deux personnages secondaires du film acquièrent une popularité énorme. Le premier est le rondouillard R2-D2, un robot réparateur de vaisseaux spatiaux. Se déplaçant sur des roulettes, il s'exprime par le biais de bruitages électroniques, tandis que sa tête entre en rotation. R2-D2 est assisté d'un androïde qui évoque un maître d'hôtel guindé aussi timoré qu'il est cultivé - il sait traduire des millions de langues. 5 ans plus tard, Blade Runner (1982), transpose à l’écran le roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques de K.Dick ? Dans ce film cultissime, Ridley Scott amène le spectateur à compatir au destin de répliquants sensibles et raffinés.

(...)

Voilà. Si vous souhaitez avoir la totale, il faut acheter le magazine. Avant tout, vous y découvrirez un très bel essai sur Franquin, rédigé par le plus grand spécialiste BD que je connaisse, Patrick Gaumer. Et bien d'autres articles savoureux.


Nouveau clip : Les Babines

 

Et voici mon dernier clip : Les Babines. La chanson a fort bien démarré sur Youtube comme sur Facebook.  Il est difficile d'expliquer comment ce type d'inspiration peut frapper. Cette chanson a longtemps été testée sur scène et le texte a peu à peu évolué. C'est en voyant qu'elle suscitait une demande que je me suis appliqué à lui donner la forme actuelle. Les premières réactions sur Facebook ont été très positives. 


Ma biographie de Steve Jobs sort en version américaine

Steve jobs US

La magie du monde numérique...


Un traducteur basé aux USA, Jean-Louis Robinson a adapté ma biographie de Steve Jobs en américain - en échange d'un partage des droits.


Et voilà, le livre est à présent disponible dans les boutiques en ligne américaine...

 

Plus d'infos sur la version originale, Les 4 vies de Steve Jobs : https://ichbiah.com/stevejobs.htm

 

 


Interview France Info : quels sont les atouts de la PS5 de Sony

Jeudi soir, Sony a fait l'annonce de sa future console PS5. Frédéric Carbonne de France Info m'a demandé de réagir "à chaud" sur ces annonces. 

Comme je le raconte dans cette interview, je distingue 4 éléments principaux :

.              la qualité visuelle

.              l'usage du SSD

.              2 modèles dont un qui n’accueille pas de lecteur Blu Ray

.              Un design ultra futuriste

1 Qualité visuelle

La qualité visuelle est due à l'emploi, dans certaines séquences de "ray tracing" (littéralement : traçage de rayon) soit une nouvelle manière de travailler la lumière dans nos jeux vidéo (mais pas que). En d'autres termes, une nouvelle technologie de rendu de la lumière dans une image de synthèse.

Avec le Ray Tracing, l’emphase est placée non pas sur la scène et ses objets émettant de la lumière, mais sur le regard du joueur . 

Au niveau de la perception, cela se traduit ainsi : dans les jeux des anciennes consoles, un œil exercé pouvait voir la différence entre les séquences cinématographiques (non interactive) et les séquences de jeu. A présent, la différence est imperceptible.

Ainsi dans Spider Man, la texture de la peau du personnage est bluffante.

Dans un titre tel que Horizon 2 on a un peu l'impression d’être dans le film Avatar

Et dans Gran Turismo 7 la beauté des carrosseries mais aussi la vision étendue dans le cockpit représentent une nouvelle avancée dans le réalisme.

2 SSD

Le stockage sur SSD permet de transférer du contenu à des vitesses extrêmes. L’impact est tel que le moteur le plus utilisé pour les jv, l’Unreal Engine a été intégralement réécrit pour tenir compte de la PlayStation 5.

On voit l'effet du lorsqu’on passe d’un monde à un autre dans Ratchet & Clank : il n'y a plus aucune attente. Et on a l’impression d’être dans un dessin animé de Pixar.

3 Deux modèles dont un all digital

La version All Digital est plus belle, plus fin et sera sans doute vendue 200 € de moins, donc elle devrait rafler la plupart des ventes. A terme, cela pourrtait sonner la fin de la distribution des jeux en magasin. 

4 Design ultra futuriste

La console  blanche et noire avec a look digne d’Apple avec des courbes et des espaces pour les aérations. C'est un très beau désign. Mais est-il adapté à tous les salons ?  

 

Voilà les questions dont je parle dans l'interview reproduite ici.

Pour en savoir sur la Saga des Jeux Vidéo : https://ichbiah.com/saga-des-jeux-video.htm

Saga des jeux video 98


 

 


Une interview sur France Inter : Bill Gates, pourquoi tant de haine ?

Bill Gates devenu la cible n°1 des conspirationnistes comme je le raconte dans la toute dernière version de ma biographie de Bill Gates

Pourquoi tant de haine ? Telle est la question que Fabienne Sintes a posé à moi même comme à Aurianne Guilbaud. Des extraits de l'interview figurent dans cette vidéo.

Pour rappel, la nouvelle version de ma biographie devrait arriver dans les FNAC et autres librairies d'un jour à l'autre. Plus d'info sur cette page : https://ichbiah.com/bill-gates-biographie.htm

Bill-gates-400


Une interview à Radio Notre Dame sur "La France et les robots"

 

  • moi-même en tant qu'écrivain et journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies)
  • Jean-Pierre Corniou, président de « Enjeu, Industrie et Services » à Systematic Paris IDF
  • Gilles Saint-Paul, chercheur et aussi professeur à l’Ecole Normale supérieure

Dans la vidéo ci-dessus je vous livre quelques extraits de cette interview.

 

Mon livre Robots génèse d'un peuple artificiel est accessible sur ce lien :

http://ichbiah.com/pagerobots.htm

Robots3


Flavie Flament (RTL) m'a interviewé sur les achats en ligne en toute sécurité

 

Flavie Flament est tellement adorable que, très naturellement, on a commencé à se tutoyer. J'ai même dû lui demander : "on se vouvoie bien à l'antenne ?". Elle m'a répondu oui.

Donc, voilà, Flavie a souhaité me faire intervenir sur la question des achats en ligne, en tant que co-auteur du livre Le Guide d'Autodéfense sur Internet.  Nous avons passé en revue pas mal d'aspect : comment protéger son compte, comment savoir si un site est sécurisé, pourquoi il faut se méfier d'un email venant de sa banque qui demanderait d'introduire son n° de carte bancaire sur un (faux) site...

Pour accéder au replay : https://danic.video/flavie-flament