Le Parisien m'a fait intervenir sur l'enquête sur le progrès
Une interview de RMC sur le Bitcoin et les crypto-monnaies

Les Echos publie une très belle chronique de ma biographie de Zuckerberg

Les-echos-zuckerberg

Isabelle Lesniak du quotidien Les Echos a publié un très bel article autour de ma biographie de Mark Zuckerberg : intitulé Dans la tête de Mark Zuckerberg.

En voici quelques extraits :

LIVRE - Un portrait sans concession du fondateur de Facebook, passé du statut d'enfant prodige de la Silicon Valley à celui de symbole des dérives sur les données personnelles.

(...)

Ce n'est pas le moindre intérêt de cette biographie complète, signée par Daniel Ichbiah, que d'éclairer les déboires récents de ce drôle de patron « qui sait tout de nous, mais dont nous ne savons presque rien » tant il se protège. Tout y est, des  fake news de la dernière présidentielle américaine aux clashs avec les anciens partenaires, en particulier sur la question des revenus publicitaires, centrale depuis l'entrée au Nasdaq en 2012. Même si le livre est paru juste avant la dernière polémique en date - les révélations par le « New York Times »  d'une campagne de dénigrement orchestrée par les dirigeants de Facebook contre des personnalités ayant critiqué le groupe -, il permet de comprendre comment le roi des réseaux sociaux a pu en arriver là.

Une ascension « supersonique »

Fort d'une culture des nouvelles technologies qu'il cultive depuis les années 1980, le biographe de Bill Gates (« Bill Gates et la Saga de Microsoft », 1995) et de Steve Jobs (« Les Quatre Vies de Steve Jobs », 2011) resitue parfaitement les décisions actuelles de « Zuck » à l'aune de sa courte mais « supersonique » ascension - quatorze années lui ont suffi pour se hisser, à trente-quatre ans, au troisième rang des fortunes mondiales, selon le classement 2018 de « Forbes ».

En 320 pages très vivantes, l'écrivain-journaliste dresse de celui que certains surnomment désormais ironiquement « Suckerberg » (un jeu de mot dérivé de « it sucks », « ça craint ») un portrait « mesuré », plus positif que celui dressé en 2010 par Ben Mezrich 

(...)

Ichbiah décrit simplement, avec force anecdotes, cette personnalité ambiguë tiraillée entre la volonté sincère d'améliorer le monde - le mantra de la Silicon Valley - et celle de le dominer. Enfant, il raffolait du jeu de stratégie Risk, qui lui permettait de se mesurer à Jules César pour conquérir la planète. Jeune patron, il terminait les réunions par son slogan fétiche - « Domination du monde ! » - devant des salariés désarçonnés par les manières peu orthodoxes de ce piètre manager.

(...)

Ichbiah a, par le passé, souvent dénoncé l'irresponsabilité sociétale des géants d'Internet (Facebook, mais aussi Google, Twitter ou Wikipédia) qui n'assument pas les conséquences parfois très graves de leurs services sur la vie des utilisateurs. La critique vaut pour celui qui est à la fois un philanthrope généreux et un chef d'entreprise irréfléchi, parfois méprisant.

Appliquant à Zuckerberg une question qu'il aime se poser face aux interlocuteurs inclassables, le biographe se demande sur son site s'il lui ferait confiance en tant que baby-sitter. Sa sympathie pour lui est tempérée par de nombreux doutes. Zuck est certes un jeune papa plein d'égards envers sa famille, mais son esprit toujours en éveil a une forte tendance à se disperser et à s'ennuyer. Et s'il se mettait à coder, à réfléchir à de nouvelles fonctionnalités, voire à se livrer à des expérimentations fantasques sur le bébé ? Sans doute servirait-il plus tard aux parents outrés la même excuse aussi infantile qu'inacceptable qu'à Mossberg et au Congrès : « Je suis désolé. »

La version intégrale de l'article est accessible ici :

https://www.lesechos.fr/idees-debats/livres/0600191713534-dans-la-tete-de-mark-zuckerberg-2224286.php

 

Pour en savoir plus sur le livre et découvrir d'autres retombées média :

https://ichbiah.com/mark-zuckerberg.htm

 

 

Commentaires