Les Inrocks publient un superbe article sur ma biographie de Zuckerberg
Les Echos m'a interviewé sur Pokémon Let's Go

Une chronique pour Viuz en réponse au pamphlet du New York Times

Temp viuz

Dans son édition du 15 septembre, le New York Times s'en est pris à Mark Zuckerberg, accusé d'avoir minimisé le phénomène des fake news et d'avoir fait du lobbying à Washington pour défendre sa cause.

Viuz.fr m'a demandé si je voulais bien réagir 'à chaud' sur ce pamphlet et je m'y suis attelé. Ils l'ont publié dans la foulée.

En voici quelques extraits :

1.  Zuckerberg a longtemps minimisé le phénomène des fake news, car jusqu’alors presque tout lui avait réussi

Il est clair que Zuckerberg, dès lors que l’on a évoqué le problème des fake news a longtemps nié la chose, préférant ne pas regarder ce qui, au fil des jours apparaissait de plus en plus flagrant.

Il faut se mettre à la place des dirigeants de son calibre. Il avance, tête baissée, vers un objectif, celui de rendre Facebook ou Instagram, ses deux applications phares, toujours plus séduisantes, toujours plus conviviales. Il a battu tant de records qu’il peut entretenir l’opinion qu’il sait où il va et agit globalement pour le mieux.

Devoir s’arrêter pour réparer ce qui doit l’être, aucun homme de cette trempe n’aime cela. Ni Bill Gates (Microsoft) ni Steve Jobs (Apple) ni Larry Page et Sergey Brin de Google. Chacun d’entre eux, en son temps a nié ou refusé de voir que sa création ait pu  faillir si peu que ce soit.

Ceux qui ont pu voir les retransmissions de l’audience de Bill Gates en 1998 ont soudain vu cette véritable légende, admiré de millions d’américains, tomber de son piédestal. Comme éteint, fade, mal à l’aise, l’as du logiciel se contentait de répondre aux accusations par une triste litanie : « je ne m’en rappelle pas ».

Steve Jobs, en 1984, a longtemps refusé de voir que le lancement du premier Macintosh, cet ordinateur révolutionnaire dont il avait volontairement limité les capacités par souci esthétique, était en train de mener Apple à la faillite, ni plus ni moins. Il a souvent été reproché à John Sculley d’avoir mis Jobs sur une voie de garage, l’acculant au départ en septembre 1985, mais faute d’une telle reprise en main, Apple aurait disparu.

De même en 2004, lorsque Google s’est lancé dans son opération consistant à numériser les livres de bibliothèques du monde entier – sans l’accord des éditeurs – ils ont avancé, avancé, sans prêter attention aux cries d’orfraie des éditeurs d’Europe ou d’ailleurs. Au final, la plupart ont préféré transiger avec Google que de continuer le combat.

Zuckerberg a failli pour les mêmes raisons. Il n’est pas facile d’admettre que Facebook, qui était censé connecter les gens du monde entier, cette création qui a longtemps fait votre fierté et valu l’admiration de millions de gens, vous a échappé.

Résumons les faits. Peu avant l’élection, Facebook s’est vu accusé d’avoir indirectement favorisé Donald Trump, en facilitant la diffusion à grande échelle de fake news anti Hillary Clinton.

Initialement, Zuckerberg s’est employé à minimiser la chose, affirmant que les utilisateurs de Facebook savaient faire la part des choses.  Le 19 novembre 2016, dix jours après l’élection de Trump, Barack Obama lui-même a même tenté d’amener Zuckerberg à prendre conscience des effets de cette propagande anti-Hillary Clinton que Facebook avait aidé à propager. Il n’a pas voulu y donner écho.

La prise de conscience a été lente et progressive. C’est n’est qu’en février 2007, qu’il a reconnu que le réseau social avait été utilisé à des fins qu’il réprouvait personnellement – Zuckerberg n’a jamais caché par ailleurs son hostilité à Trump.

« Nous savons que de la désinformation et des ‘hoax’ (canular) de grande ampleur existent sur Facebook et nous prenons cela très au sérieux. »

(...)

L'article intégral se trouve ici :

https://viuz.com/2018/11/15/mark-zuckerberg-5-choses-a-savoir/

2. Son ambition majeure (être le plus grand philantrophe de la planète) l’a empêché de prendre la mesure des événements

L’une des raisons qui a pu expliquer la cécité de Zuckerberg sur les affaires telles que les fake news et Cambridge Analyta, c’est que, depuis cinq années environ, il a élargi à très grande échelle son rôle et envisage son futur, bien au-delà de Facebook, comme un philantrophe à grande échelle.

C’est peu après la naissance de sa fille Maxima que Zuckerberg l’a annoncé : il compte distribuer 99 % de sa fortune à des fins humanitaires !

Très tôt, il a été clair, au travers de son mode de vie ‘minimaliste’ que Zuckerberg n’était pas motivé par l’argent. Et au fil des années, il est apparu qu’il comptait dédier cette fortune à pouvoir influencer le monde positivement. Il pourrait être tenté par une carrière gouvernementale. S’il est jamais élu à la présidence américaine (ce qui n’est pas inenvisageable même si l’argumentaire serait trop long à développer ici), il se situerait à l’opposé de Donald Trump sur l’échiquier politique.

Le modèle de Zuckerberg ce ne sont pas les grandes réussites financières américaines telles que Warren Buffet, les Bill Gates ou encore la famille Walton (qui gère la chaîne Wal-Mart). Dans son panthéon, on trouverait davantage des gens comme Gandhi, César Chavez, Kennedy ou Mandela. Des personnalités qui ont marqué l’Histoire et dont les peuples ont conservé une mémoire affectionnée.

Comment cela se traduit-il pour Zuckerberg ? Notamment par une volonté, au travers de sa fondation, de pouvoir éradiquer toutes les maladies existantes, grâce à une analyse de l’ADN et la possibilité de prévenir les infections avant même qu’elles ne se produisent.

S’il est un aspect qui fait de Zuckerberg un personnage hors du commun, c’est clairement celui-ci. Dans le même temps, cette prise de hauteur l’a probablement éloigné des réalités du quotidien de Facebook et amené à négliger les signes alarmistes que pouvaient brandir certains de ses lieutenants.

4. Les ‘GAFAs’ sont une création des médias. Dans la réalité, ce sont des concurrents redoutables qui ont tous recours au lobby, aux campagnes de presse, pour déstabiliser leurs concurrents.

Il est courant pour nous de désigner les 4 géants de la high tech (auquel il faudrait idéalement ajouter Microsoft dont on pourrait, à tort, négliger l’influence actuelle), comme les GAFAs, une entité globale, une sorte de mouvement né à la Silicon Valley, avec des pratiques et des intérêts communs.

Dans la réalité, il n’en est rien. Google, Apple, Facebook et Amazon sont des compétiteurs de tous les instants. C’est particulièrement vrai pour Google et Facebook qui sont dans une lutte permanente pour être le n°1 d’Internet. Dans la réalité, Google est n°1 sur les ordinateurs, mais Zuckerberg, dans la mesure où il possède non seulement Facebook mais aussi Instagram et Whatsapp, est le n°1 de la téléphonie mobile.

Le New York Times reproche à Zuckerberg d’avoir mené des campagnes de lobbying auprès des sénateurs et députés américains ? La belle affaire. A en croire le témoignage de Marylène Delbourg Delphis, une investisseuse française émigrée en Californie, interviewée lors de l’enquête mené pour ma biographie de Zuckerberg : “toutes les grandes firmes de high tech embauchent des politiques, d’anciens conseillers à la présidence et autres politiques, pour pousser leur propre message auprès de la Chambre des Députés.” Il y a là un passage obligé.

Microsoft a été l’un des premiers à comprendre qu’il fallait en passer par là : en 1994, Bill Gates avait commis l’exploit consistant à se mettre à dos aussi bien les Démocrates que les Républicains – plutôt bien inclinés envers Microsoft à l’époque. A cette époque, il lui avait fallu atterrir et prendre la mesure de la chose. Et donc Microsoft a loué un bureau dans la ville de Washington et entamé des manoeuvres de lobbying. Son exemple a été largement suivi.

Dans un même ordre d’idée, les cadres des GAFAs n’hésitent pas à égratigner un concurrent dans la presse. Tout cela relève de cette approche ultra-compétitive.

Ainsi, l’article du New York Times cite Tim Cook, PDG d’Apple clamant : “Pour nous, la vie privée est un droit de l’homme.” En réalité, Cook se donne un peu vite le beau rôle. Suite aux révélations de Snowden, il est apparu que chaque géant de la Silicon Valley faisait les yeux doux au renseignement américain en leur ouvrant les robinets de leurs données. Si Google a précédé Facebook de quelques mois en 2009, Apple a suivi en 2012. Aucune des grands noms de la high tech ne peut s’affirmer blanc neige dans la question.

Les campagnes de presses organisées pour déstabiliser un concurrent font partie d’un arsenal depuis longtemps éprouvé. Dans mon livre, je consacre plusieurs pages à l’une de ces affaires, intervenue en 2011, dans laquelle Facebook a lancé une campagne en sous-main contre Google – qui venait de lancer son réseau social concurrent, Google+ - et s’est fait prendre la main dans le sac.

Bref : Yahoo!,  Google ou Apple ne sont pas plus blancs que Facebook-Zuckerberg.

(...)

Pour lire l'article dans son intégralité :

https://viuz.com/2018/11/15/mark-zuckerberg-5-choses-a-savoir/

 

Plus d'interviews et des extraits du livre sur cette page :

https://ichbiah.com/mark-zuckerberg.htm

Mark-zuckerberg

Commentaires