Enregistrement d'une émission sur l'histoire des jeux vidéo
Et mon jean, la version française de Imagine

Une interview à Atlantico concernant la lettre ouverte d'un ancien collaborateur

Facebook atlantico

Dans un éditorial au New York Times, Chris Hughes, ancien compagnon de route de Zuckerberg s'élève contre son ancien ami et déclare : « Il est temps de briser Facebook » . Atlantico m'a demandé de revenir sur la question. Voici un extrait de l'interview :

Atlantico.fr : En quoi le pouvoir de Mark Zuckerberg est-il « inédit et anti-américain », comme le stipule son ancien colocataire à Harvard ?

Daniel Ichbiah : Il y a une précision à faire. Chris Hughes n'est pas le cofondateur de Facebook : il a été porte-parole de Facebook au début parce qu'il était colocataire de Zuckerberg à Harvard. Son rôle a été assez mineur : il envoyait des communiqués de presse aux universités etc. Au début de Facebook, pendant l'été qui a été majeur en 2004, il n'était pas là, il est arrivé plus tard. Quoiqu'on pense de ce qu'il dit, le fait qu'il fasse cette déclaration maintenant laisse à penser qu'il pourrait y avoir d'autres raisons que celle-ci. C'est quelqu'un d'ouvertement démocrate qui a participé à la campagne de Barack Obama. Il ne parle donc pas de nulle part.

Chris Hughes propose de forcer Facebook à se séparer d'Instagram et de WhatsApp, et demande au gouvernement fédéral de briser les monopoles accordés par le Sherman antitrust act. Ces mesures sont-elles pertinentes et adaptées ?

Ce n'est pas parce que Zuckerberg a racheté Instagram et WhatsApp qu'il est en situation de monopole. Il a un monopole sur des services gratuits : c'est très difficile de parler de monopole quand on ne vend rien. C'est un monopole consenti, en quelque sorte. Il y a eu un cas similaire avec Google, un procès en 2013 du gouvernement américain sur Google qui n'a pas abouti pour la simple et bonne raison que Google ne force personne à utiliser ses services. Il y a quelque chose d'assez malsain derrière cette tribune, qui ressemble davantage à un règlement de compte personnel.

Ce qui est vrai, c'est que les Etats-Unis, et notamment sous Donald Trump, sont fondamentalement en faveur des entreprises. Le seul vrai monopole qui ait été brisé remonte aux années 1970 : il s'agit du le monopole AT&T sur la téléphonie. C'était différent puisqu'il n'y avait qu'un seul opérateur qui équipait tous les consommateurs. A l'inverse, Facebook n'est pas en monopole puisqu'on peut le quitter librement.

(...)

L'interview intégrale se trouve à cette adresse :

https://www.atlantico.fr/decryptage/3572163/pourquoi-l-un-des-pionniers-de-l-aventure-facebook-demande-le-demantelement-du-geant-de-la-tech-chris-hugues-mark-zuckerberg-reseaux-sociaux-new-york-times-daniel-ichbiah

La biographie de Zuckerberg peut être visitée ici :

https://ichbiah.com/mark-zuckerberg.htm

Commentaires