Previous month:
juin 2020

Sur W9, je raconte l'histoire de la chanson "Le jour s'est levé" de Téléphone.

Le jour s'est levé

Samedi 24 juillet, W9 a diffusé une émission "Les 20 chansons préférées des Français". J'ai eu l'honneur d'y être convié en tant qu'auteur de la biographie de Téléphone.  Il se trouve que la chanson 'Le jour s'est levé' est arrivé n°6 du sondage.

De vous à moi, "Le jour s'est levé" n'est pas ma chanson favorite de Téléphone. La liste à moi se trouve sur cette page : Les 10 meilleures chansons de Téléphone. Mais ne boudons pas notre plaisir.

Le replay de cette partie de l'émission se trouve ici  : 

 


Pour le magazine L'Elephant, je raconte l'histoire des Beatles

Beatles-elephant

Pour son édition estivale, le magazine culturel L'Elephant m'a demandé de revenir sur l'histoire des Beatles. L'article fait la couverture de ce numéro. La saga des Beatles court sur plusieurs pages et je l'ai complétée par une interview de Eric Krasker, historien du groupe et longtemps l'un des leaders du fan club Yellow Sub - il évoque la carrière française du groupe.

Voici quelques extraits choisis :

En moins de dix ans, le groupe a engendré l’une des plus fortes contributions artistiques du 20ème siècle. Une redéfinition de la musique populaire, à même d’en inspirer d’autres sur plusieurs décennies.

 Par Daniel Ichbiah, auteur

L’histoire des Beatles est courte, très courte, mais quelle histoire ! Le groupe, né il y a tout juste soixante ans, disparu une décennie plus tard, est pourtant toujours aussi populaire si l’on en croit les ventes de disques. Tout commence vingt ans plus tôt, dans la ville ouvrière de Liverpool.

C’est là que le 9 octobre 1940, alors que l’Angleterre résiste vaillamment aux assauts nazis, naît John Winston Lennon. Liverpool n’a alors rien de glamour, et durant les années 50, la ville porte encore les séquelles du conflit mondial. Dès son plus jeune âge, John, garçon attachant mais frondeur doit faire face aux absences prolongées de son père Freddie, un personnage volage et inconsistant. De guerre lasse, alors qu’il n’a que cinq ans, sa mère Julia confie John à sa tante Mimi. Se sentant rejeté, il vit cet abandon comme un traumatisme ; d’autant que sa tante l’éduque à la dure.

A l'âge de seize ans, à l’écoute de « Heartbreak Hotel » d’Elvis Presley, John a une révélation. Il aura plus tard ces mots : « Avant Elvis, il n’y avait rien ».

(...)

En mars 1963, un nouvel horizon semble se dessiner. L’album Please, please me s’installe en tête des charts et va y demeurer durant 30 semaines ! Au niveau du public britannique, un phénomène étrange prend forme. Les adolescentes se pressent aux concerts et manifestent leur joie par des cris époumonés. La Beatlemania est en train d’émerger. Pourtant, c’est la sortie du single « She loves you » en août qui révèle les Beatles au monde. L’énergie que dégage ce morceau est irrésistible. Durant 13 ans, il va demeurer la plus forte vente d’un single en Grande Bretagne.

Il reste à conquérir le continent majeur : l’Amérique. Le hasard va les y aider. Le 31 octobre, alors qu’il se trouve à l’aéroport de Londres, le présentateur télé américain Ed Sullivan est bloqué par des milliers de fans en délire qui se sont déplacés pour accueillir les Beatles. Intrigué, il les invite dans son show. Lorsque les Beatles débarquent à New York le 7 février 1964, leur nouveau single « I want to hold your hand » est n°1 des charts américains. Le passage au Ed Sullivan Show provoque un choc national : 73 millions de téléspectateurs découvrent ces quatre garçons débordant d’énergie et l’Amérique succombe à son tour. Elvis Presley est délogé et la décennie est désormais acquise aux Beatles. Le 4 avril 1964 détient un record inégalé à ce jour : les Beatles occupent les 5 premières places du classement américain ! Les 4 garçons se distinguent aussi par leur attitude, notamment à l’égard des journalistes, faisant preuve d’esprit et d’humour. Quatre ans après leur naissance, les Beatles accèdent au stade de n°1 au niveau mondial.

(...)

Nous sommes à une époque où Londres vibre sur des innovations en tout genre, dans les domaines de la peinture, de la musique, ... Les Beatles sont devenus un groupe expérimental, en phase avec ces mouvements avant-gardistes. L’album suivant, Sgt Pepper’s, donne libre cours à la créativité de chacun. Lorsqu’il sort fin mai 1967, il s’inscrit immédiatement dans l’histoire artistique de la civilisation. L’album brise les codes : plusieurs chansons s’enchaînent l’une à l’autre, certaines orchestrations empruntent au jazz comme à la musique indienne… « A day in the life », qui clôt l’opus, est une longue suite composée de 4 parties, qui intègre un crescendo haletant d’un orchestre à cordes. Comme il se doit, Sgt Pepper’s est acclamé de toutes parts. C’est l’album fétiche du Summer of love de 1967 qui fait la part belle aux hippies. Les Beatles ont émancipé la pop music et sonné le départ de l’ère du progressive rock.

Pourtant, les Beatles ont enclenché un phénomène qui les dépasse. A présent, des dizaines d’albums inspirés de Sgt Pepper’s apparaissent. Avec des musiciens hors pair. Dès l’année 1968, une série d’œuvres spectaculaires voient le jour, portées par des groupes inventifs : Pink Floyd, Chicago, Led Zeppelin, Jimi Hendrix Experience… Si le Double Album blanc qui sort le 22 novembre 1968 confirme la richesse de leur inspiration, sa forme apparaît relativement « classique » en regard de ce qui sort par ailleurs. Il est précédé par un single flamboyant qui s’étale sur 7 minutes, « Hey Jude », et qui va demeurer leur deuxième plus gros succès. Toutefois, cet opus fait le plus souvent apparaître chaque Beatle en solo que comme un groupe. Car en effet, les dissensions commencent à apparaître ; Lennon est amoureux de l’artiste underground Yoko Ono, il est tenté par les mouvements révolutionnaires alors que McCartney n’y est pas sensible.

(...)

Pour plus d'informations sur les biographies des Beatles que j'ai publiées :

https://ichbiah.com/pagebeatles.htm

Beatles  Beatles ebook